Semer de la terre à l’assiette

Une bonne partie des activités du Cépop sont au neutre mais l’équipe ne l’est pas! Lors du week-end du Pâques, ce ne sont pas des œufs en chocolat qui ont été distribués mais des semences pour les citoyens avides de jardiner.

La situation sanitaire actuelle le montre : les citoyens ressentent le besoin d’une certaine autonomie alimentaire. Même si les autorités assurent qu’il n’y a pas de bris à prévoir dans les chaînes d’approvisionnement, le jardinage maison a plus que jamais la cote au Québec. Si bien que la demande pour les semences légumières a explosée au cours des dernières semaines. Plusieurs semenciers ont même vidé leurs stocks! Pour répondre aux besoins des citoyens, la direction du Cépop a décidé de distribuer des semences que l’organisme avait en surplus.

Haricots, tomates, concombres, laitues, radis, maïs, fines herbes et fleurs, les jardiniers en herbe ont reçu un ensemble de semences aromatiques et potagères. « Le 8 avril, on a indiqué sur notre page Facebook que nous avions des kits de semences à distribuer gratuitement : un kit pour potager diversifié et un kit de verdures pour balconnières ou jardins ombragés. On a écoulé nos provisions en quelques heures seulement! », explique Marianne Guilmette, directrice générale du Cépop.

Un peu plus d’une quarantaine de citoyens ont répondu à l’appel et profitent maintenant de l’initiative populaire. Pour les accompagner dans leurs projets « à faire pousser », le Cépop publie à l’occasion des informations et des trucs relatifs au jardinage sur sa page Facebook. La volonté de l’équipe de soutenir les projets alimentaires des citoyens se traduit aussi par d’autres actions.

Parmi celles-ci : la culture de plants aromatiques et autres fines herbes, qui seront vendus à la fin mai à partir de la serre du Cépop. Déjà, l’installation de la rue Saint-David accueille quelques centaines de semis qui seront bientôt vendus aux intéressés. « Bien sûr, nous mettrons en place toutes les précautions nécessaires pour respecter les règles de distanciation physique qui s’imposent », précise Marianne Guilmette.

Comme il le fait depuis sa fondation, le Cépop aménage et entretient des jardins urbains au cœur de Magog. Le Cépop poursuivra par ailleurs l’aménagement de jardins partagés que tous les citoyens sont invités à arroser et à cueillir au Parc des Braves.

D’autres idées qui visent à soutenir l’approvisionnement alimentaire local pourraient d’ici peu être concrétisées. « On est prêt à contribuer davantage à l’agriculture urbaine de Magog », conclut la directrice générale du Cépop.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous à notre infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre

Ne ratez rien des activités et des initiatives du Cépop.

Vous êtes maintenant abonné!