Marianne, ou l’histoire du Cépop

L’histoire du Cépop est intimement liée à son parcours. Marianne, directrice générale, raconte en 4 questions le lien fort qu’elle entretient avec l’organisme. Du social, Marianne Guilmette en mange et en mange encore!

D’où vient l’idée du Cépop?
Par le passé, j’ai été responsable de l’animation dans des milieux tels que le Jardin botanique de Montréal ou le Marais de la Rivière aux Cerises, ici à Magog. Je suis intervenu auprès de personnes vivant des difficultés d’adaptation. J’ai vu de belles choses se réaliser devant moi, autant avec des adultes que des jeunes. Des gens qui développaient leur curiosité, qui créaient des liens avec les autres, qui développaient leur confiance. J’ai eu envie de permettre à plus de personnes de vivre cela en les incitant à mettre les mains à la terre ou à la pâte. Nos activités d’agriculture urbaine et de cuisine font parfois émerger des habiletés que l’on ne se soupçonnait même pas.

Comment ce projet personnel est-il devenu réalité?
Le projet a été mis sur pied grâce à la vision partagée de personnes que j’ai été appelée à rencontrer. Entre autres, et principalement, il y a Jacques Girard, le directeur du Centre d’éducation des adultes. C’était aussi, au même moment, une priorité que le milieu communautaire de Magog avait identifiée. Les étoiles étaient alignées. On a pu avoir du financement pour la première phase de développement. Le Cépop a été fondé en décembre 2013 et nos activités ont démarré en janvier 2014.

Quelles sont les réalisations principales du Cépop, 6 ans plus tard?
Une de nos plus importantes réalisations, c’est le programme d’insertion socioprofessionnelle que nous avons mis en place. Nous y avons travaillé fort! Plusieurs fois par année – quand les participants terminent leur passage chez nous – on a la démonstration que nos services ont de véritables répercussions.

Petit à petit, notre présence dans le quartier des Tisserands crée des changements au niveau social. Nos installations  – la serre, les jardins surélevés, le gazebo – attisent la curiosité et suscitent des rencontres. Le petit marché de quartier que nous organisons chaque jeudi du mois d’août entraine aussi du mouvement. Les herbes et les légumes qu’on y vend sont cultivés par les participants à nos programmes de jardinage et d’agriculture urbaine. Les prix sont très accessibles. Nos jardins, le marché d’été et le Resto que nous ouvrons tous les mercredis midi répondent à des besoins et entrainent du dynamisme dans le milieu.

Depuis plusieurs années, nous offrons le service de cafétéria scolaire et nous gérons actuellement la cafétéria de l’école la Ruche. Au cours des prochaines années, le Cépop sera de plus en plus visible dans la ville. Nous avons des projets prometteurs en collaboration avec la Ville de Magog. Dès cet été, nous déployons davantage l’agriculture urbaine. Nous installerons des bacs de production et des jardins partagés dans plusieurs lieux, dont le terrain de l’ancien écocentre. À surveiller!

Qu’est-ce qui vous attache tant à votre rôle au sein du Cépop?
Je pense que c’est lié au temps partagé avec les participant-e-s à nos programmes. Je les vois prendre contact avec leurs valeurs profondes, leurs intérêts, avec la personne qu’ils et elles sont intimement. Je les vois développer une sensibilité à ce qui fait du sens, à l’importance de prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin des autres. Quand je constate ces étincelles dans les yeux, quand les gens développent une telle satisfaction face à la vie, c’est un spectacle percutant.

Aussi je suis particulièrement fière de mon équipe. Notre noyau d’une dizaine d’employés est maintenant stable : une intervenante sociale et plusieurs cuisiniers-cuisinières. C’est une équipe multidisciplinaire extraordinaire, avec qui je peux échanger et sur qui je peux compter. La gestion d’une telle équipe, c’est un défi très stimulant. En plus, nous avons tissé autour de nous une toile de collaborateurs précieux. Ce sont des intervenants sociaux, des professionnels de la santé ou des décideurs, des personnes qui soutiennent notre mission de toute sorte de façons et nous appuient régulièrement dans notre travail. Le Cépop, c’est une aventure humaine formidable.

Cet article a 1 commentaire

  1. Bravo, pour ce beau reportage, j’avais entendu ce nom CÉPOP ne sachant pas ce que c’était vraiment, je suis surprise de voir le beau travail de ce Groupe dirigé pas Mme Marianne.Le travail d’aides communautaires qui apporte chaque jour des dépassements.des petits moments de joie,des réalisations à des gens qui en ont besoin.
    Malheureusement nous n’en entendons pas assez parler.
    Félicitations à cette belle Équipe
    Micheline Phaneuf

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous à notre infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre

Ne ratez rien des activités et des initiatives du Cépop.

Vous êtes maintenant abonné!